Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les livres d'Opales

Meurtres pour rédemption de Karine Giebel

19 Décembre 2011, 23:34pm

Publié par Opales

k. Giebel4ème de couverture :

 

Marianne, vingt ans. Les miradors comme unique perspective, les barreaux pour seul horizon. Perpétuité pour cette meurtrière. Une vie entière à écouter les grilles s'ouvrir puis se refermer. Indomptable, incapable de maîtriser la violence qui est en elle, Marianne refuse de se soumettre, de se laisser briser par l'univers carcéral sans pitié ou elle affronte la haine, les coups, les humiliations. Aucun espoir de fuir cet enfer. Ou seulement dans ses rêves les plus fous. Elle qui s'évade parfois, grâce à la drogue, aux livres, au bruit des trains. Grâce à l'amitié et à la passion qui l'atteignent en plein coeur de l'enfermement. Pourtant, un jour, l'inimaginable se produit. Une porte s'ouvre. On lui propose une libération... conditionnelle. « La liberté Marianne, tu dois en rêver chaque jour, chaque minute, non ? » Oui. Mais le prix à payer est terrifiant. Pour elle qui n'aspire qu'à la rédemption...

 

Critique :

 

Ce livre qui fait pourtant plus de 750 pages se lit en quelques jours, tant l'on est pris par l'histoire, cette ambiance oppressante et sombre qui reflète l'enfermement et l'absence d'espoir.  

 

Karine Giebel confirme avec brio son talent d'écrivain avec un livre qui mêle beaucoup de sentiments sans être une simple description de l'univers carcéral. Elle réussit le pari de garder le lecteur en haleine tout le long du roman et de ne pas altérer les émotions, avec comme personnage clef de ce livre une jeune meurtrière condamnée à perpétuité.

 

Les personnages

 

Marianne est une jeune femme de 20 ans ce qui ne l'empêche pas d'être une meurtrière. Pourtant, très rapidement, on passe au-delà de cette condition qu'on oublierait presque et l'on se prend à apprécier Marianne pour ce qu'elle est, cette héroine peu commune qui nous dévoile la vie carcérale dans sa percutante réalité. Elle est si jeune et pourtant confrontée aux horreurs dont on préfère être tenu à distance et ignorer. C'est un personnage à la fois dur et touchant, avec des sentiments vrais qu'elle dévoile avec parcimonie. Marianne est au centre de cet univers carcéral où elle doit se battre contre les autres détenues, les gardiens, mais aussi contre elle-même.

 

C'est vraiment Marianne qui porte le livre, mais les personnes qui l'entourent vont petit à petit avoir un rôle important dans la vie de la jeune femme, et vont révéler sa fragilité, ses qualités comme ses défauts, et de véritables liens vont se créer malgré les barrières qu'elle a élevées autour d'elle pour se protéger.

 

Les sentiments sont forts, comme exacerbés par ce cadre peu propice au développement d'histoires, d'amour ou d'amitié.

Le lecteur va aimer des personnages qu'il détestait, et se révolter contre la violence dont vont faire preuve certains.

 

 

Rédemption

 

Marianne n'oublie pas pourquoi elle a été incarcérée, et souffre véritablement, cette souffrance se manifestant dans beaucoup de ses actes. Condamnée à perpétuité elle s'évade par tout moyen au point de se détruire. Elle aspire à retrouver la liberté. Elle se crée alors des repères, illusoires mais qui l'aident à survivre.

 

Un jour, elle a une proposition inespérée qui lui permet de croire en sa liberté, cette liberté tant attendue, hors des barreaux et des violences dont elle est la victime. Mais cette liberté a un prix et Marianne va de nouveau devoir se battre.

 

On ne peut pas rester indemne aprés avoir tourné la dernière page de ce livre qui est criant de vérité. Je garde encore le souvenir de certains passages d'une rare violence qui prend aux tripes, mais également de moments émouvants, en totale contradiction avec le cadre du roman. Et c'est justement ce paradoxe qui rend ce livre beau.

 

Karine Giebel parvient à ce que le lecteur voit au-delà de la meurtrière celle qui survit pour atteindre une seule chose : la rédemption.

 

Commenter cet article

Les bonheurs de Sophie 20/12/2011 08:28

Très belle critique Opales, ce livre m'a marquée à tout jamais et Marianne est inoubliable.

Opales 20/12/2011 09:23



Merci. Il m'a également marqué. Voilà quelques temps que je l'ai lu et je m'en souviens comme si c'était hier.